Close

Ford Montier Spécial 1931 4/3620cc.

275.1

Rénové

Véhicule construit en 1931 dans les ateliers de Montier pour les épreuves d'endurance.

Suspension hausse de 17 cm au cours de la période.

Moteur avec des pistons plus gros, de plus grandes soupapes, arbre à cames levé.

Pompe à eau de rotation supplémentaire. La pompe à huile à haute pression.

Plus de détails

 

Fiche de données de

État D'origine

Plus d'infos

Allumage: Delco Lucas. Carburateur Ford Mod. 59 Verticale

Pompe électrique. La Transmission de la compétition Ford.

Freins hydrauliques de la Pompe de la concurrence.

Éclairage 12v alternateur.

En parfait état de fonctionnement. Moteur très fine. Étonnant morceau.

 

L'histoire

 
Le CH. Montier & Cie a été, avant la guerre, l'un des fabricants indépendants de voitures de plus de succès, spécialisée dans les éditions de luxe et voitures de sport, qui sont presque toujours fondées sur des pièces mécaniques de Ford.

Charles Montier (28 juin 1879 à Naples - juin 1952, à Paris), connu comme "Le Sorcier", était un commerçant français et fabricant d'automobiles qui était devenu un pilote, entre autres, un spécialiste de la course.

Charles Montier est né à Naples. Le fils d'une mère italienne et d'un forgeron français, il a passé son enfance dans la rue Richelieu, la ville dans laquelle son père, Elie Montier portait créé en 1885.

Elie Montier était un homme moderne pour son temps, et il aimait tout ce qui concerne le transport et en particulier les chemins de fer. L'appel des machines à vapeur et leur influence amené à construire sa propre voiture, et dans ce processus, qui a duré plusieurs années, il a participé à son fils Charles. Enfin, la voiture a été terminé en 1895 et les résultats des tests ont été tout à fait satisfaisante. En 1897 Elie Montier décidé de commerce de votre voiture avec le nom “Voiturette à vapeur système Montier et Gillet”, mais seulement n'est pas une copie, comme le bruit horrible et la “énorme” de la vitesse de l'un humour pas de chevaux effrayés grandement pour les gens de cette époque, qu'il a couru peur de sa démarche. Son fils, Charles Montier, j'avais 16 ans à l'époque et est venu à la conclusion que le type de véhicule à vapeur aurait pas d'avenir, puisque le moteur à combustion venait de rompre avec force dans ces années-là.

Après cette expérience avec son père, Charles Montier s'installe à Paris. À son arrivée à la capitale, il est allé travailler dans les établissements Pinède“, où pas une voiturette 2 places. Lorsque l'entreprise a fermé ses portes, il a mis en place un petit atelier dans la rue de Charonne et avec l'aide de son père, a commencé à construire leurs propres voitures. Les premiers modèles étaient équipés de moteurs “Flat-twin” de notre propre production et les moteurs de roues refroidi à l'eau. Avec l'un de ces derniers, il a participé à quelques courses. En ce moment, Charles Montier a déjà été inoculés avec le virus de la compétition.

L'excès de travail qui se trouvait à construire de marché et dans le même temps et le manque de capacité à investir dans votre petite entreprise, qui a abouti à Montier cessé la production.

À son retour du service militaire, Charles Montier voulais à travailler pour un grand constructeur, et pas eu trop de problèmes pour entrer à travailler dans un Darracq, à Puteaux. Grâce à son talent et à sa capacité exceptionnelle, a été assigné la tâche de faire des pièces délicates pour les moteurs de course.

Au début de 1911, Charles Montier a quitté l'usine, Darracq, et a déménagé à la ville de Tours, où il a ouvert un garage pour la réparation et la vente d'automobiles. Il a commencé avec des représentations de la voitures Silva et Gobron, et, en 1912, Ford. Cette même année, est entré dans une Ford x 6 hp au GP de France.

L'arrivée de la Première Guerre Mondiale arrêté pendant deux ans, de ses activités dans le monde de l'automobile. En 1916, il a envoyé son frère à son garage des Visites avec des plans pour convertir la Ford-T dans un tracteur de ferme. Cela s'est produit trois ans avant l'arrivée en France de la Fordson. Il a fallu une année de travail pour le développement et la mise en œuvre de trois modèles. C'était la première adaptation de Charles Montier était sur un Ford T.

La fin de la guerre, il a été pris dans le premier régiment d'aviation, et a participé à la construction de dispositifs ingénieux. Conçu un tableau de bord de lumière qui porte son nom, ainsi que d'une boussole avec vue de côté. Après la démobilisation, il est resté à Paris et aidé financièrement par son ex-lieutenant, qui est devenu un ami, il a fondé la société de location de voitures, “Charles Montier & Cie”. L'atelier était situé à Courbevoie et le local d'exposition et de vente à rue Pierre Charron, à deux pas de l'avenue des Champs-Elysées. L'atelier devint bientôt trop petite et a été déplacé à Levallois, et, plus tard, à Asnières. L'entreprise de Tours a été dans les mains de son frère.

Charles Montier avait été au courant de la correspondance que j'ai pu obtenir le modèle T de Ford, l'accomplissement de diverses transformations, par l'abaissement du châssis et de la mise sous tension du moteur. La Ford-Montier a commencé à devenir très vite le favori de tous les événements sportifs de l'époque.

Le système utilisé par Montier pour abaisser le châssis et booster le moteur de la Ford T est brevetée, le 15 septembre 1921, avec le numéro de brevet 541090. Cette transformation nécessaire, les pièces et les radiateurs de spécial de plus grande taille que la norme. Les corps ont été construits par "Weymann". La Ford-Montier pourrait atteindre les 100 km/h de la vitesse maximale. Pour donner à la voiture système de freinage qui est efficace, est entré freins de grand diamètre, qui par la suite serait remplacé par de frein avant Perrot. Toutes ces transformations sont effectuées entre les années 1921 et 1923.

La première voiture de course a été construit en 1921 et a obtenu son premier grand succès dans la course a lieu à Boulogne-sur-Mer. Les 3 km de la course ont été couverts à une vitesse moyenne de 128 Km/h.

En 1922, Ford-Montier étaient présents dans la plupart des compétitions les français et les belges. L'une des meilleures entrées a été que de Dinant, en Belgique, dans laquelle Ford-Montier couru sous la pluie, pour une moyenne de 133 km/h.

1923 a été une année marquée par le Grand Prix des 24 heures du Mans. Charles Montier était très en colère contre l'ACF ont refusé l'enregistrement de sa voiture de course dans le Grand Prix de Tours. Cette année a vu la première édition des 24 heures du Mans, et Charles Montier a décidé de se lancer dans ce projet. La Ford-Montier Spécial de 2 litres, il a joué avec le numéro 19, et piloté par Charles Montier et Albert Ouriou, la fin de la course et de la qualification dans le 14ème position. La vitesse maximale obtenue est de plus de 120 km/h, et a parcouru une distance totale de 1674,414 Km. une moyenne de 69,769 Km/h.

L'année suivante, en 1924, Charles Montier et Albert Ourion participé à nouveau avec le nombre 23, et avec le même type de véhicule, mais avec un moteur de 3 litres, et les freins montés à l'avant. Malheureusement, la rupture d'un piston a forcé à quitter au cours de la nuit dans l'arrière 40, après un voyage 690,480 Km.

En 1925, le Ford-Montier participé pour la dernière fois aux 24 heures du Mans. Avec le numéro 17 et piloté par Charles Montier et Albert Ourion, le Ford-Montier Spécial perdu une roue et a dû se retirer sur les genoux 54 après avoir parcouru 932,148 Km. Dans la matinée, le directeur de course disqualifié la voiture de ne pas avoir à parcourir la distance minimale requise.

Entre 1926 et 1928, l'entreprise a poursuivi, et une nouvelle voiture Montier-Spéciale a vu la lumière. Il a été équipé avec les dernières améliorations. Carrosserie 2 places et des freins avant Bordino, 2 de glucides et 2 bougies par cylindre. Le moteur développe 90 ch, et la vitesse est de 170 Km/h.

En 1927, Charles et son fils Ferdinand étaient les 9 et 10 respectivement en Coupe de la Commission Sportive”.

1928 a été la dernière année de la Ford T. Charles est spécialisée dans la Ford américains, et en 1930, ils ont construit un modèle spécifique fondé sur une Ford A. Charles Montier continué à rivaliser avec Ford et plus tard avec le V8 Ford.

En 1933, il a construit un Montier Spécial avec deux moteurs 4-cylindres en ligne de Ford Pour créer un 8 cylindres. Cette voiture a été construite sur le châssis d'un modèle à partir de 1930, et équipé d'un corps de voiture de et d'un capot long.

En 1933, Charles Montier échoué à se qualifier pour le GP de la Baule. Ce fait a conduit à prendre la décision de se retirer de la compétition. Le rallye “Juan-les-Pins”, en 1934, a été le dernier événement sportif à la Charles Montier participe.

En 1934, et en dépit d'avoir défendu le nom de Ford sur les routes et les circuits pendant des années, risquant même sa propre vie, Ford n'a pas renouvelé le contrat avec Montier en tant qu'agent distributeur.

Charles et son fils Ferdinand est allé travailler dans une entreprise de taxis de Paris, à l'aide de l'un des Montier Spécial jusqu'à l'arrivée de la Seconde Guerre Mondiale.

 

 

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

Ford Montier Spécial 1931 4/3620cc.

Ford Montier Spécial 1931 4/3620cc.

Véhicule construit en 1931 dans les ateliers de Montier pour les épreuves d'endurance.

Suspension hausse de 17 cm au cours de la période.

Moteur avec des pistons plus gros, de plus grandes soupapes, arbre à cames levé.

Pompe à eau de rotation supplémentaire. La pompe à huile à haute pression.

Notre engagement

Garantie de sérieux

  • Nous travaillons à l'échelle nationale et internationale.
  • Tous les véhicules ont été vérifiés par un personnel spécialisé.
  • Nous gérons le transport personnalisé et / ou la documentation préalable pro forma approuvée.
  • Pour éviter toute déception, il est conseillé de voir le véhicule avant de faire des offres. Pour demander un rendez-vous, veuillez contacter Artsvalua pour voir la disponibilité.

2 autres produits dans la même catégorie

Close